Iceberg Slim : Pimp, Trick Baby, Mama Black Widow (Editions de l’Olivier, 1003 p., 23 €)

Publié le par Patrick Foulhoux

Iceberg-Slim-.jpgVoilà réuni en un volume ce qu’il est convenu d’appeler “La trilogie du ghetto” d’Iceberg Slim qui est à la littérature ce que la blaxploitation est au cinéma et la soul, à la musique.

Avec Pimp, le chef-d’œuvre du genre en tête d’affiche.

Le style de Slim est un modèle de musicalité avec un vocabulaire généreusement fleuri. Les traducteurs des trois romans (Gérard Henri pour Trick Baby et Jean-François Ménard pour les deux autres) ont fait un boulot remarquable. Ils ont réussi à retranscrire en français le rythme endiablé imprimé par l’auteur. Ça groove de la consonne, ça balance de la voyelle et ça se déhanche de la virgule je vous prie de croire.

Pimp est l’apprentissage d’Iceberg Slim au dur métier de maquereau à Chicago. Le roman est préfacé par Sapphire, l’auteure de l’autobiographique Push, l’histoire d’une enfant noire de Harlem régulièrement violée par son père et qui s’en sort en apprenant à lire et à écrire. Push a été porté à l’écran par Lee Daniels (Precious).

Trick Baby est celle d’un arnaqueur à la petite semaine s’attaquant involontairement à la mafia et Mama Black Widow, celle d’un travesti.

Chicago, les années 60, Iceberg Slim raconte sa vie et la rue avec une désinvolture qui confine à l’insouciance. Il rend compte du quotidien de la communauté noire à la marge et même si on sent bien qu’il en fait des caisses avec tout le “folklore” et la flambe inhérente au genre, il est excessivement raisonnable ou raisonnablement excessif, comme vous voulez.

Petites frappes, prostitution et came sur mille pages qui se sirotent comme du petit lait.

Toute personne sensible à la black music doit impérativement se plonger en apnée dans ce livre essentiel à lire à haut-volume.

 

AAA

Publié dans littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article