Le tournant de la rigueur : de Milan Dargent (Le dilettante, 191 p., 16 €)

Publié le par Patrick Foulhoux

LLe-tournant-de-la-rigueur.jpga cinquantaine franchie, Milan Dargent règle leur compte aux années 80 avec courtoisie. Une décennie fauchée en plein vol avec ce satané “tournant de la rigueur”, « le début de la fin », instauré par un gouvernement socialiste qui avait bien débuté le septennat et qui, pris de cours par les difficultés économiques, adopte l’austérité comme remède de cheval. Ou comment passer de la file de gauche à celle de droite sans mettre le clignotant. Milan Dargent scrute ça à travers les Futuristes, groupe new-wave lyonnais qui se lance dans le grand bain en même temps que Mitterrand.  

Un roman qui révèle par le prisme de la musique, les antagonismes des années fric en une période où la pensée unique germanopratine de gauche-droite s’en réfère pour cautionner ses lacunes et ses incompétences. Les Futuristes sont « nés pour vivre », en opposition au “Born To Lose” de  Johnny Thunders : « Le rock, art par essence du tourment adolescent, si vous n’y preniez garde, vous maintenait dans une adolescence permanente. Il empêchait de grandir. Il bouchait l’horizon. Son ennemi, c’était l’adulte. »

 

A++

Publié dans littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article