Narrow Terence : Violence With Benefits (Enkirama)

Publié le par Patrick Foulhoux

Narrow-Terence-.jpgOn peut parler de tendance lourde imprimée par Dr John et Tom Waits sur la scène française en ce moment. A côté des sublimissimes Tom Bodlin et Noir Animal qui ont salement tapé au goulot du Captain Beefheart, Narrow Terence est sapé comme un milord, drapé dans un tulle béni par Nick Cave dans le delta du Danube.

Où les autres s’annoncent en sabots, lui arrive en ballerines. Sa pop aux tentures en velours, aux boiseries ambrées et aux enluminures dorées fleure le parquet ciré et l’encens. Pas le patchouli, faut pas déconner non plus.

Voilà pour le décorum.

Méfiez-vous quand même des apparences.

Les comptines de Narrow Terence virent aux faits divers d’arrière-cours, aux cadavres oubliés dans les fossés, aux légendes répandues sur les chemins de traverse, à l’envers du décor d’une messe vaudou en plein carnaval de Venise.

Narrow Terence est haut du front et large d’esprit.

Imaginez Nick Cave tapant sur les doigts de Tom Waits pour lui intimer une tenue correcte à table.

Violence With Benefits est le troisième album d’un groupe surprenant capable de désarçonner l’auditeur en transgressant les codes.

Ne bouffez pas la consigne avant d’avoir le calbute aux chevilles (cette phrase ne veut rien dire, sujet parfait pour le bac philo convenez-en).

 

A++

Publié dans Musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article