Oblivians : Desperation (in The Red)

Publié le par Patrick Foulhoux

Oblivians-pochette-.jpgAprès seize ans de missions évangéliques à prêcher la bonne parole et ériger des oasis luxuriantes dans une morne plaine culturelle à l’encéphalogramme désespérément plat, voire creux, les trois d’Oblivians rentrent au bercail pour un extraordinaire Desperation, non pas par désespoir, mais avec l’envie de remettre du bois dans la chaudière pour relancer la bécane.

Quatorze titres garage qui oscillent entre Tin Pan Alley et punk pur et dur.

Mr Quintron et Miss Pussycat renforcent les rangs sur le tube “Call The Police”. L’association avec Mr Quintron avait déjà donné lieu à un album chez Crypt Records en 97. Cela dit, les Oblivians n’étaient pas complètement restés aphones depuis. En 2009, In The Red avait publié Barristers 95.

Au départ, les Oblivians sont le side-project de Greg Cartwright et Jack Yarber des Compulsive Gamblers beaucoup plus connus aux USA qu’ils ne l’ont jamais été ici. Sans le label new-yorkais Crypt délocalisé à Hambourg, pas sûr qu’on n’ait jamais entendu parler des Oblivians, et d’autres…

La particularité du trio guitare – guitare – batterie est que les musiciens pratiquent la tournante dans le groupe sans jamais nuire à l’homogénéité du répertoire. Même si on sent bien qui, de Greg ou de Jack, a composé tel ou tel morceau. Seize ans plus tard, après d’intenses activités sur plusieurs fronts, les retrouvailles donnent lieu à un grand millésime auquel je décerne une AOC (Appellation Oblivians Controlée) avec les félicitations du jury.

Faut dire qu’avec Greg et Jack, le trio comporte deux des compositeurs américains les plus inspirés de ces dernières années.

 

AAA

 

Oblivians-affiche-.jpg


 


 

 

Publié dans Musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Toujours très bien ton blog, j'adore ton style pour toujours !<br /> Par contre dommage cette pollution de publicités qui nuit largement à sa lecture...<br /> <br /> Bye !<br /> <br /> Chris D.
Répondre