The Primevals : Heavy War (Beast Records)

Publié le par Patrick Foulhoux

BR128_Primevals.jpgJe n’ai jamais été inconditionnel des Ecossais malgré les trésors d’ingéniosité déployés par des esprits bien intentionnés pour m’endoctriner. Le manque de témérité, les compos trop “convenables” n’ont jamais éveillé en moi le tourbillon d’un vent de folie. En quoi cette nouvelle pastèque me ferait changer d’avis ? Je me glissais dans la peau du journaliste laissant ses préjugés dans l’encrier pour aborder Heavy War en toute neutralité, prêt à me laisser guider, secouer, voire malmener, ou enthousiasmer.

Je suis sûr qu’ils ont fait exprès de débuter par la pimentée “Way Beyond Tore Up” pour m’arracher la gueule d’entrée. Les Primevals tapent le carton avec les Nomads, les New Christs et Radio Birdman et ils ne bluffent pas comme le prouve cette première levée tonitruante. Dès le second morceau, ils passent de galop à trot. Un faux-plat qu’ils franchissent sans perdre trop de terrain vu que derrière, il y a quelques belles étapes à franchir, parfois au grand galop. Après avoir consciencieusement sillonné le disque, la lumière m’apparut (poil au nez).

Euréka, mais oui, mais c’est bien sûr.

L’intention du gang de Glasgow était de faire le disque que Radio Birdman ne fera plus et, à deux ou trois exceptions près, c’est réussi.

Ben merde alors, v’là que je vais me mettre à écouter les Primevals maintenant. Comme quoi, plus on vieillit, plus on devient con, à moins que…

 

AA+

Publié dans Musique

Commenter cet article

Chris Damned 27/10/2012 08:38

Décidément, Beast Records devient incontournable ! Entre découvertes australes de qualité, frenchies qui dépotent ou qui donnent dans la classe intemporelle, les voilà promoteurs de vieilles
valeurs, dont le retour aurait pu faire peur, mais semblent l'emporter haut la main ! Merci à eux et merci à l'auteur de ce blog de continuer à bien vieillir et à finalement, nous ouvrir les
esgourdes en nous permettant d'être nous aussi un peu moins con...

Patrick Foulhoux 30/10/2012 10:57



Merci Chris.